Passer un week-end à Arques dans les Hauts de France

Que visiter à Arques

Tourisme à Arques

Arques se situe dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, dans le pays de St Omer. Ne confondez pas cette ville avec son homonyme qui se trouve dans le massif des Corbières, près de Narbonne.

Au début de notre ère, Arques fait partie de la Morinie : un territoire de marécages que l'occupation romaine va pacifier. Elle appartient en 530 à la Comtesse Mathilde, descendante du chef des Morins. On sait qu'au IX elle est traversée par une voie romaine qui partait de Thérouanne, à côté de St Omer, et rejoignait la mer ; et d'ailleurs son histoire est très liée à celle de la ville de St Omer. En effet, l'église St Martin a été construite par Walbert arrière petit-fils de la comtesse Ste Mathilde, près de son château ; Walbert guéri miraculeusement par un breuvage de l'abbé Bertin, compagnon de l'abbé Audomar (futur St Omer), entrera au monastère et donnera son comté d'Arques aux moines. Les moines creuseront alors l'Aa, de Blendecques à Arques pour alimenter en eau le moulin qu'ils ont construit au pied de l'abbaye.

Les comtes de Flandre vont très tôt s'emparer de tout le territoire et au début du XI, pour se protéger des français, vont faire creuser un premier fossé qui rejoint la Lys au marais audomarois. La ville est plusieurs fois pillée pendant la guerre de cent ans par les armées anglaises et flamandes. Elle est même brûlée par Louis XI qui n' a pas réussi à s'emparer de St Omer ! Elle connaît elle aussi la domination espagnole et devient française en 1678 quand l'Espagne rend la Flandre à la France.

Bien que proche de St Omer sous bien des aspects, Arques rivalise avec sa voisine et se querelle à propos de la draperie dont St Omer revendique l'exclusivité accusant même déjà à cette époque les drapiers d'Arques de contrefaçon ! Mais elle connaît également une grande prospérité commerciale.

En 1756, pour faciliter les échanges, un nouveau fossé est creusé sur l'ordre de Vauban, pour former le canal de Neuffossé entre la Lys et l'Aa mais il y a une importante déclivité de plus de 13 m au lieu dit des « Fontinettes » et sept écluses sont nécessaires pour faire franchir le point aux bateaux ce qui est très long. Mais cela accentue le développement de la ville. Arques va franchir brillamment la révolution industrielle et dans la deuxième moitié du XIX naît la cristallerie-verrerie qui fait toujours la notoriété de la ville.

En 1887 les ingénieurs mettent au point une invention assez extraordinaire : un ascenseur à bateaux qui va remédier à la difficulté présentée par les 7 écluses, et cela pendant 80 ans ; Cet ascenseur n'est plus en activité de nos jours mais se visite très agréablement.

La ville souffre bien sûr des deux guerres mondiales ; un terrain d'aviation y sera installé par les allemands pendant la deuxième guerre. Arques sera libérée par les Polonais.

Le tourisme à Arques

Arques est une ville touristique accueillante qui se fleurit chaque année de 60 000 fleurs pour le plaisir des yeux. Des visites guidées sont organisées pour découvrir le patrimoine, les sites naturels et l'environnement : le circuit des Pavés, le sentier des Fontinettes, un parcours dans la ville sur le thème de l'eau ; Arques possède en effet 7étangs, un canal, une rivière ! Vous avez aussi les promenades en barque dans le marais, vers l'Observatoire du Romelaëre, les randonnées dans la forêt de Rihoult et de Clairmarais. 

Arques c'est également un port de plaisance pittoresque et une étape du petit train touristique « le Picasso » qui suit la vallée de l'Aa jusque Lumbres. Si vous prenez le temps de découvrir la ville au hasard d'une étape, allez à l'Hôtel de Ville écouter l'un des 25 airs de son Carillon et faire connaissance avec l'automate Marie Grouette, la sorcière des marais...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − dix =